20151205_203206

C'est un merveilleux week-end que je viens de vivre. Un feu d'artifice de grands et petits bonheurs. Ce qui aide un peu, c'est que mon anniversaire tombe ce dimanche. Alors, c'est vrai, les témoignages d'amitié reçus, qui vous font presque monter les larmes, contribuent encore plus à la réussite de ces deux jours. 

Sans même parler de cette date qui fait que je ne rajeunis pas (et ça, ce n'est pas que du bonheur !), ce week-end en Lorraine est synonyme de fête, de partage, de joies familiales. Ce week-end est en effet dédié à saint Nicolas, notre patron. Je ne vais pas vous faire un cours, juste un petit rappel pour ceux qui ne sont pas nés dans l'Est de la France ou en Belgique. La légende veut que saint Nicolas ait sauvé des enfants arrivés chez un boucher malveillant, lequel les a coupés en morceaux et mis au saloir. Sanglant, hein ? Comme bien des légendes d'ailleurs. Et il se trouve que ce sauvetage de saint Nicolas, notre héros, est chanté tous les ans par les enfants qui sont gâtés le 6 décembre.

Comme à Noël, ils reçoivent des cadeaux au pied du sapin. On distribue aussi dans les écoles et foyers des pains d'épices avec une image de saint Nicolas collée dessus, des clémentines et des brioches en forme de bonhomme. Mais ce sont des récompenses pour les enfants sages. Ceux qui ne le sont pas reçoivent la trique par un autre personnage mythique chez nous : le père Fouettard. Deux barbus (non, ce ne sont pas des hipsters !) que l'on voit chaque année à l'occasion d'un défilé dans les rues des villes.

Epinal a choisi de maintenir ce rassemblement populaire, qui a été plus joyeux que jamais ce samedi, malgré les hommes en armes dans les rues. Les chars faits dans les communes vosgiennes par les associations et collectivités mettaient merveilleusement en avant les Minions, Bécassine, Tintin... Ils ont défilé devant un public regardant avec émerveillement et... des yeux d'enfant.

IMG_20151206_175440

Chacun a chanté, tapé des mains en rythme à mesure que les formations musicales d'ici et d'ailleurs jouaient. Chacun a applaudi les groupes de danse faisant des démonstrations, les chars et les jeunes acteurs qui ont fait l'animation avec un enthousiasme communicatif. Chacun s'est époumoné pour réclamer des bonbons distribués à la pelle par les troupes en mouvement. Chacun a eu les pieds gelés et le bout du nez et les oreilles transis de froid. Mais un défilé bon enfant comptant une centaine d'éléments au mois de décembre, ça se mérite. Et pis, on s'en moque d'avoir froid. On est redevenu des enfants, comme avant, heureux de voir le saint Nicolas en vrai saluer sur son char aux côtés des trois petits enfants sauvés ; heureux de huer le père Fouettard qui incarne le méchant. Et pis, dans le pire des cas, si l'on peine à se réchauffer, on boira un verre de vin chaud tandis que le feu d'artifice, magnifique cette année, illuminera le ciel spinalien.

Je suis sûre que l'année prochaine, vous viendrez à votre tour huer le père Fouettard et applaudir le saint Nicolas. Et vous serez les bienvenus.

Comment ne pas finir ce beau week-end sur une note positive. Une note gourmande, je vous l'accorde. J'ai eu droit à un déjeuner gastronomique dans une très bonne table vosgienne à Gérardmer (ville que je vous invite à fréquenter). Pas light du tout. Mais quand c'est votre anniversaire, on ne s'arrête pas à ce genre de détail ! On en profite. Je vous laisse déguster les plats avec les yeux. C'ets mieux pour la ligne, malgré tout ;-)

IMG_20151206_175316

Votre Sophie