bodypump_weighted_squat

Très souvent imité et rarement égalé, le programme BodyPump de Les Mills (photo ci-dessus Les Mills) est un vrai pilier de la culture fitness. Que l'on soit un addict de la pratique sportive en salle ou un petit nouveau, on se retrouve forcément à suivre ensemble une séance de "pump", ce cours de renforcement musculaire qui se fait à l'aide d'une barre lestée de poids.

Pour ne rien vous cacher, c'est le premier cours que j'ai voulu refaire après mon opération et ma convalescence. Je me voyais mal débarquer dans ma salle favorite pour faire un Bodycombat ou un Grit. Je me voyais plus repartir en renforçant mes bases grâce à un pump.

C'est l'édition 96 qui était au programme. Je n'ai pas été déçue. J'ai beau avoir mis léger, très léger par rapport à ce que je mettais avant d'être passée sur le billard, j'ai souffert. Mais avec bonheur (les adeptes comprendront ; les autres, non !). Malgré tout, j'ai tenu bon pour faire le max de répétitions possibles. Car le secret d'une bonne séance de pump est là : il y a de 70 à 100 répétitions de mouvement avec la barre ou un poids libre pour chaque partie du corps traité et l'idéal est de les faire toutes en respectant bien la technique pour ne pas se faire mal. Une séance qui aborde tous les groupes musculaires (cuisses, fessiers, pectoraux, dos, triceps, biceps, épaules et abdos) monte jusqu'à 800 répétitions (ce qui fait dépenser 600 calories). 

Sur chaque édition de pump, on retrouve ces jalons. Mais les concepteurs du programme ont l'art et la manière de  corser toujours un peu plus l'affaire ! Par exemple, sur cette édition 96, j'ai été particulièrement surprise par la rapidité, le rythme des "reps". Et donc le travail sur le cardio que cela implique, en plus du travail musculaire. Le tout, - et c'est aussi ça, Les Mills -, avec une bande son géniale. Même si on sue dur, même si on serre les dents fort parce que ça pique, on continue toujours à y aller parce que les musiques (et les coachs évidemment) vous entraînent, vous font aller de l'avant.

BodyPump 96 sizzler

 

C'est le cas par exemple du morceau pour les épaules (l'avant-dernier de la séance, autant dire qu'on est crevé). Addicted to a memory de Zedd va générer une énergie insoupçonnable pour faire la longue série de squats press qui ponctuent les séquences (ou le supplice, c'est selon). La musique des triceps (Panic at the disco avec Hallelujah) aussi est vraiment super sympa et booste bien (mais c'est malgré tout difficile de chanter en même temps que les pompes triceps). Bref, je ne peux que conseiller à ceux qui ne connaissent pas encore ce programme de Les Mills de le tenter. C'est très efficace. Tout le corps travaille.

Votre Sophie