image2b

 

J'avais eu l'occasion de tester le bodyjam, ce programme chorégraphié de Les Mills (photo ci-dessus), dans ma salle de sport. Mais la première expérience ne m'a pas laissé un souvenir impérissable. Malgré tout, j'ai renouvelé l'expérience à Vittel lors de la convention  Pompadour Les Mills 2015. Il faut dire qu'il y avait un bon argument à ça : la présence de Gandalf Archer Mills. Pour qui ne connait pas, c'est le chorégraphe du programme venu de Nouvelle-Zélande. Forcément, ça donne des fourmis dans les jambes et les fesses aussi.

J'ai donc rejoint une nuée de fans absolus de bodyjam, connaissant la dernière choré sur le bout des doigts. Moi, je suis venue avec l'envie de m'éclater. Et cela a été le cas. J'ai eu le sentiment d'évoluer dans une boîte de nuit avec une ambiance de folie tout en faisant du fitness. Et du bon. De celui qui vous fait faire une sorte de concours du t-shirt mouillé tant vous transpirez. J'ai a-do-ré les musiques, les frissons qui montent à mesure que le rythme (cardiaque et la musique) s'accèlère. J'ai a-do-ré M. Gandalf, une bête de scène qui ne se prend pas au sérieux. 

Hélas, plus de bodyjam dans mon département. J'ai profité d'un court séjour à Paris pour suivre en cours. Et cet été, à l'occasion de Pompadour Vittel 2016, j'ai fait une cure. Avec toujours le même bonheur même si je ne suis pas une danseuse à la base, n'ayant aucune grâce et une très mauvaise coordination. Mais le plaisir est tel que l'on oublie que l'on est un peu à côté de la plaque.

BodyJam 78 Sizzler

 

En manque de cette montée d'adrenaline, de frissons dues à une musique urbaine et electro, j'ai profité d'une opération portes ouvertes dans une salle de sport dans un département voisin pour refaire un petit cours. J'en suis ressortie dans un tel état de béatitude que c'était décidé : j'y reviendrai encore et encore. Ce que j'ai fait jeudi soir, testant l'édition 78 (dont on avait eu un avant-goût une semaine plus tôt).  Ouch, hypra technique. Mais malgré tout, malgré mes maladresses, j'ai retrouvé cette ambiance de folie, la musique à fond qui vous enveloppe et qui vous porte, les cris de joie, les sourires en dansant et en se dépensant. Vivement la semaine prochaine. J'ai désormais besoin de ma dose de jam.

Votre Sophie