biscuitchocolatmarron

Gâteau au chocolat sans matière grasse d'Emilie

Temps de préparation : 10 minutes maxi

Temps de cuisson : environ 15 minutes (en fonction de votre four)

Nombre de smartpoints selon WW : 4SP la grosse part

Ce gâteau au chocolat est dédié à mon amie Emilie. Normal, c'est pour elle que je l'ai fait la première fois. Emilie adore le chocolat. Il était impensable de lui faire un autre dessert quand elle est venue manger à la maison l'autre fois.

Pour ce faire, j'ai tenté un mélange bizarre de chocolat, fromage blanc et marrons qui s'est transformé en une belle pâte ; laquelle a donné un gâteau extrêmement moelleux alors que la recette ne contient ni beurre, ni huile... Une belle surprise. J'ai servi ce gâteau emporte-piécé dans une assiette avec des poires en lamelles sur le dessus pour le côté frais et fruité et quelques points de chantilly maison pour la gourmandise et des vermicelles de chocolat pour la déco. On peut zapper la chantilly en période de diète et se contenter du gâteau et de la poire qui fonctionnent très bien.

J'ai reproduit cette recette le week-end dernier lors d'une journée gastronomique à laquelle j'étais invitée (merci Romain !) dans les Ardennes. J'y ai fait ma première démonstration culinaire en solo. Un exercice pas évident. Néanmoins, malgré une petite appréhension, l'absence de mon blender chéri et quelques coupures d'électricité pendant la cuisson du gâteau, j'ai réussi à sortir du four cette sorte de génoise light afin de la servir au public de Douzy. J'ai eu l'impression que les "gousteurs" ont aimé. En tout cas, il n'en restait plus une miette en fin de journée.

Pour 12 belles parts

Il vous faut 120 g de fromage blanc à 0% de matière grasse, 120 g de marrons cuits à l'eau, 1 clémentine, de l'édulcorant liquide, 1 gousse de vanille, de la fleur de sel, 90 g de chocolat noir à 50% de cacao mini, 2 oeufs, 60 g de farine, 1 demi-sachet de levure, du papier sulfurisé et une plaque allant au four.

Vous l'aurez compris : il faut un blender (ou mixeur) pour cette recette. On y met le fromage blanc, les marrons, la clémentine dont on extrait le jus et les grains de la gousse de vanille que l'on a fendue au préalable et on mixe. On essaie d'obtenir une texture un peu plus épaisse que celle du fromage blanc ; en tout état de cause, on évite les morceaux autant que faire ce peut. Si on a des difficultés à mixer, on ajoute un peu de liquide. De l'eau peut très bien faire l'affaire. On réserve la mixture dans un cul de poule ou autre récipient.

Sur le feu, on a fait chauffer de l'eau pour un bain-marie. Et pour ne pas faire granuler le chocolat qui est une matière extrêmement délicate, on va, de préférence, le concasser. Cela facilite la fonte et permet d'éviter une "cuisson" trop longue et donc périlleuse pour la matière. Une fois le chocolat fondu, on l'incorpore dans le cul de poule. On mélange bien de manière à faire refroidir le tout. Puis, on va ajouter les 2 oeufs, l'édulcorant (on goûte, c'est encore la meilleure façon de doser à son goût) et la fleur de sel (une pincée, cela permet de jouer le rôle d'exhausteur de goût). On mélange bien. Puis, on met le mélange farine et levure. La pâte doit ressembler à une pâte à gâteau classique. Sinon, je vous conseille de rallonger avec un peu de fromage blanc et de rectifier la saveur sucrée. 

Dans une plaque de four, on dépose un papier de cuisson sulfurisé sur lequel on va étaler la pâte avec une spatule. On va travailler ce gâteau comme une génoise car, après tout, c'était surtout une base de dessert au tout début (mais on peut le manger tel quel aussi :-p). On essaie donc de faire une épaisseur assez similaire partout. Et on enfourne dans un four préalablement chauffé à 180°C. La cuisson est relativement rapide. En un quart d'heure, c'est cuit. Vérifiez toutefois en plantant la pointe d'un couteau dans le gâteau pour en être bien sûr : si elle ressort sèche, c'est bon. On peut alors laisser tiédir ; vous verrez, c'est bien plus simple pour décoller le papier cuisson.

Vous allez alors goûter ce gâteau incroyablement moelleux dont il est difficile d'imaginer qu'il ne contient pas de matière grasse (hormis la graisse végétal des marrons). La saveur chocolatée est bien présente. Quant aux marrons, on ne le sent pas du tout ; ce n'est d'ailleurs pas sa fonction ici. Autre petite indication qui a son importance : je vous conseille vivement de manger ce gâteau le jour-même. L'absence de matière grasse fait qu'il se conserve nettement moins bien qu'un autre ; du coup, son côté moelleux a disparu le lendemain. Vous êtes prévenus !

Votre Sophie